{"effects_tried":0,"photos_added":0,"origin":"gallery","total_effects_actions":0,"remix_data":["add_photo_directory"],"tools_used":{"tilt_shift":0,"resize":0,"adjust":0,"curves":0,"motion":0,"perspective":0,"clone":0,"crop":0,"enhance":0,"selection":0,"free_crop":0,"flip_rotate":0,"shape_crop":0,"stretch":0},"total_draw_actions":0,"total_editor_actions":{"border":0,"frame":0,"mask":0,"lensflare":0,"clipart":0,"text":0,"square_fit":0,"shape_mask":0,"callout":0},"source_sid":"D1327347-02E3-4A59-8913-EDEF023CE1A1_1572360053036","total_editor_time":87,"total_draw_time":0,"effects_applied":0,"uid":"D1327347-02E3-4A59-8913-EDEF023CE1A1_1572360053017","total_effects_time":0,"brushes_used":0,"height":2192,"layers_used":0,"width":3046,"subsource":"done_button"}

Des installations irrégulières viennent d’être découvertes sur le toit de l’immeuble abritant le siège de la Radiodiffusion télévision guinéenne (Rtg), sur les hauteurs de la colline de Koloma. Un acte qui aurait eu de sérieuses incidences sur la qualité des prestations de celle-ci. Dans le souci d’en savoir plus sur le dossier, votre quotidien électronique Guinéenews a interrogé le Directeur National des Services de Diffusion, N’Fa Ousmane Camara. Dans cet entretien qui suit, il explique dans quelles circonstances, ces installations illicites ont été détectées et revient sur les dispositions légales prises en attendant que le ministère de la Communication ne fasse une déclaration publique à ce sujet. Lisez plutôt ! 

Guinéenews: des informations en notre possession font état de la découverte d’installations frauduleuses sur le toit de la RTG. Le confirmez-vous ? Comment est-on parvenu à détecter cette installation clandestine ?

N’Fa Ousmane Camara : oui, je le confirme. En effet, sur le toit de la RTG de Koloma, nous avons un émetteur de redondance de 150 W que nous mettons en marche lorsque nous assurons la maintenance de celui de 10 KW qui est utilisé en permanence. Il y a 2 semaines, nous avons eu besoin de faire cette maintenance préventive et l’agent qui détient la clé du local, a difficilement été joignable, arguant qu’il était souffrant.  Sommé de nous faire parvenir la clé à plusieurs reprises, sans succès pendant plusieurs jours, l’agent n’a pas obtempéré. Par conséquent, j’ai été contraint d’instruire mon adjoint et un autre collègue de se rendre sur le site le matin du mardi 23 octobre. Sur les lieux, sans clé, j’ai ordonné de casser le cadenas pour pouvoir accéder au local. A leur grande surprise, mes collègues découvrent deux émetteurs radio FM en marche, un ordinateur, un onduleur, ainsi que notre émetteur de 150W qui était débranché.

Guinéenews: peut-on connaitre l’identité des stations de radio qui y sont branchées ?

N’Fa Ousmane Camara : il ne m’appartient pas de donner leurs identités. Un huissier a été mandaté par le ministère dont nous relevons. Le moment venu, ils partageront certainement les conclusions de leurs constat et enquête.

Guinéenews: quelle incidence cela a-t-il sur la qualité des prestations de la RTG?

N’Fa Ousmane Camara : les conséquences auraient pu être catastrophiques pour des millions de Guinéens qui reçoivent les informations quotidiennes à Conakry via la radio nationale. Si à ce moment précis l’émetteur de 10KW avait une quelconque avarie, nous n’aurions pas eu de système de redondance qui nous aurait permis de continuer à émettre. Car, celui de 150W était, à notre grande surprise, débranché. Il avait été substitué par l’un des deux émetteurs frauduleusement introduits. Heureusement, pour le moment, nous ne sommes pas dans cette configuration.

Guinéenews: quel avertissement donnez-vous à ceux qui se rendraient auteurs de cette forfaiture la prochaine fois ?

N’Fa Ousmane Camara : un avertissement ne suffit pas pour une faute aussi grave. Vous savez, le partage d’infrastructures est consacré par la loi des télécommunications. Mais ce partage se fait sur la base d’accord ou de convention signée par les autorités qui en ont les pouvoirs. Ce partage ne doit nullement entamer le bon fonctionnement des installations d’un colocataire surtout lorsque celui-ci est l’éditeur public qui est la RTG. Les auteurs ont agi en l’absence totale de leur hiérarchie et de toute autorisation préalable de la part de celle-ci.

Entretien réalisé par Mady Bangoura

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here