RADIO RURALE DE GUINEE

DIRECTION GÉNÉRALE DE LA RADIO RURALE DE GUINÉE

LA RADIO RURALE DE GUINÉE

« LA RADIO DES SANS VOIX, A L’ECOUTE DU MONDE RURAL »

Mai, 2018

I- INTRODUCTION

La Radio Rurale de Guinée est créée en 1990, suite à une requête introduite par le Gouvernement Guinéen, à la 9ème session du Conseil du Programme Intergouvernemental pour le Développement de la Communication (PIDC). Après examen favorable de la requête,  une table ronde internationale fut financée par l’UNESCO et organisée en 1989. Elle portait sur la politique de communication avec pour objectif l’implantation d’un réseau de Radios Rurales en Guinée.

Après trois jours de débat, les participants ont convenu de créer quatre stations. Cette décision tenait compte des  spécificités géographiques et socio linguistiques des lieux.

Ainsi, la confédération Helvétique, à travers la DDC (Direction du Développement et de la Coopération) s’est engagée à financer les équipements de Production ainsi que la logistique. Quant à la Guinée, il est revenu la construction des maisons de radio et la mise à la disposition de la RRG des équipements de diffusion.

Au titre de son intervention, la FAO a pris en charge, la formation groupée de 20 animateurs à raison de 05 par station.

Les efforts de ces différentes institutions ont abouti à la création et à la mise en œuvre du réseau.

La Radio Rurale de Guinée est l’une des références dans la sous région. A ces débuts, elle comptait quatre stations régionales basées chacune dans les chefs lieux des quatre régions naturelles (Labé, Kankan, N’Zérékoré et Kindia).

A partir de 1996, il a été décidé de déconcentrer l’installation des  radios rurales au niveau des différentes communautés, afin de rapprocher davantage le réseau des populations rurales. A ce jour, trente (30) radios communautaires dites Radios Rurales Locales fonctionnent à l’intérieur du pays rehaussant ainsi à trente quatre (34), le nombre des stations de Radio Rurale.

C’est l’occasion de rappeler que la Radio Rurale de Guinée, est le fruit des efforts conjugués de plusieurs partenaires, à savoir :

  • La Coopération Suisse au Développement (DDA), pour les radios de Labé, Kankan, Kindia et N’Zérékoré ;
  • l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie (AIF), pour les radios de Boké, Mamou, Kissidougou et Faranah
  • La Banque Mondiale à travers le Comité National de Lutte contre le SIDA (CNLS) pour celles de Siguiri, Kouroussa, Bissikirima, Dinguiraye Kérouané, Telimelé, et Macenta.
  • le Fonds Canadien d’initiative Locale (FCIL) pour les radios de Koundara, Mali, Tougue, Gaoual, Dogomet et Pita ;
  • le FOGUIRED pour la radio communautaire de Beyla
  • Plan International Guinée pour la radio de Gueckedou,
  • L’Etat Guinéen pour les radios de Mandiana et Dabola ;
  • L’UNICEF, pour les radios de Forécariah, Yomou, Boffa, Dalaba, Lélouma, Koubia, Dubreka, Fria et Kassa

Pour une qualification constante de ses méthodes de travail en vue d’être plus proche des préoccupations des populations, chaque radio a été dotée d’une cellule de gestion locale représentant la communauté  appelée Société des Auditeurs (SA) au sein des quatre stations régionales ou Comité Local de Développement (CLD),  au niveau des Radios Rurales Locales ou Communautaires, une structure qui participe à toutes les activités qui concourent à l’épanouissement de la radio et la qualification de son programme de diffusion.

  1. MISSION

La Radio Rurale de Guinée en abrégé R.R.G a pour mission, la mise en œuvre de la politique du Département de la Communication en matière d’information en direction du monde rural.

A  ce titre, elle est particulièrement chargée de :

  • Produire et diffuser des émissions éducatives et culturelles, en direction des zones rurales :
  • Traiter et diffuser des Informations
  • Soutenir et animer les programmes de développement des collectivités décentralisées initiés par elles-mêmes et par Les Départements Ministériels ;
  • Participer à des campagnes d’alphabétisation ;
  • Recueillir, archiver et diffuser des éléments du patrimoine culturel national ;
  • Contribuer à la promotion de la culture nationale à travers des émissions radiophoniques :
  • Participer aux travaux des différents organismes nationaux internationaux traitant des problèmes des Radios Rurales ;
  • Etablir un partenariat avec toutes les structures œuvrant dans le développement du monde rural et des radios rurales.

  1. ETAT DES LIEUX

3.1 Les Equipements

La Radio Rurale de Guinée est dotée d’équipements et matériels techniques dignes d’une maison de radio. Toutes les stations disposent d’un à deux studios, une régie technique, une salle de montage, des équipements et matériels de reportage et des sources d’énergie (groupes électrogène ou panneaux solaires).

L’occasion sied de saluer les partenaires que sont l’UNICEF et la Fondation Hirondelle, dont la contribution a permis le renforcement de la capacité de nos installations. Leurs appuis ont permis :

  • Le renforcement de la couverture radiophonique de 15 stations de radio ;
  • Le renouvellement des équipements de studio des 23 premières stations et la fourniture des kits GSM ;
  • La dotation de cinq stations de la région forestière en kits solaire et kits de production de jeu public, de cameras, et tricycles ;

3.2 De la Couverture radiophonique :

Toutes les radios sont dotées d’équipements de diffusion de la dernière génération et dont la puissance varie entre  150w et 500w. C’est pourquoi nous faisons savoir que la radio rurale couvre la presque totalité du territoire national. Toutefois, avec le relief accidenté que connaît le pays, des zones de silence demeurent au niveau de certaines localités. C’est dans le souci de corriger cette situation, que l’Institution a entrepris un vaste programme d’installation de sites relais. A ce jour, onze (11) sites relais sont installés, à savoir :

  • Un site relais de la radio de Kindia à Khaliakhori
  • Un site relais de la radio de Labé à Lumboko
  • Un site relais de la radio de Kankan à Dabadou – montagne
  • Deux site relais de la radio de Beyla à Foula et Boola;
  • Un site relais de la radio de Siguiri à  Siguirini ;
  • Deux sites relais de la radio de Dinguiraye à Kalinko et Diatifèrè ;
  • Un site relais de la radio de Tougué à Kansagni
  • Un site relais de la radio de Forécariah à Maferinya ;
  • Un site relais de la radio de Kérouané à Banankoro

Vingt cinq nouveaux sites sont identifiés dans le réseau pour un désenclavement total de toutes les communautés.

Station de radio Site prévu Localité à couvrir
1 Kankan Boula  Beyla, Mandiana, Kérouané
2 Kindia Kakoulima Coyah, Dubreka, Fria Télimélé
3 Falloulaye Souguéta, Bangouya
4 Boké Malapouya Malapouya, Kolaboui
5 Mamou Ourekaba Soya, Ourekaba
6 Faranah Marela Marela, Sandeniya
7 Koundara Guingan Guingan
8 Siguiri Niagassola Niagassola
9 Kérouané Damaro Damaro, Sibiribaro
10 Dinguiraye Diatifèrè Kalinko, Diatifèrè ,
11 Dabola Douabo N’Dèma, Banko,
12 Arfamoussaya Arfamoussaya
13 Télimélé Daramagnakhi Daramagnakhi, Missira
14 Macenta Binikala Binikala, Bofossou
15 Gaoual Touba Touba
16 Pita Donghol Touma Donghol Touma
17 Forécariah Sikhourou Sikhourou, Benna
18 Yomou Diécké Diécké
19 Boffa Mankountan Mankountan, Tougnifili
20 Mandiana Dialakoro Kigneran, Sansando, Koundian, Dialakoro, Balandouba
21 Dalaba Koba Koba, Mombeya,
22 Lélouma Lafou Lafou, Djiountou, Thianguel Bory
23 Koubia Bassara Bassara, Konan
24 Dubreka Kakoulima Falessadé, Tondon, Garanyi,tanènè
25 Fria Baguigny Banguigny

 

3.3 Du personnel,

Pour son fonctionnement, la radio rurale utilise différentes catégories de personnel.

  • Les fonctionnaires de l’Etat : ils sont engagés à la fonction publique et payés. Ils sont peu nombreux et la plupart sont nommés responsables des stations. Le faible effectif de cette catégorie, rend la gestion du personnel très complexe.
  • Les contractuels : c’est le personnel rémunéré par la station suivant ses propres possibilités financières. Ils attendent d’être pris en charge par l’Etat. C’est un personnel utilisé à plein temps avec les mêmes droits que les fonctionnaires titulaires.
  • Les collaborateurs extérieurs : Par manque de personnel titulaire et contractuels suffisants, les radios utilisent un autre groupe d’agents qui prêtent leurs services sans rémunération. Ils sont des fonctionnaires exerçant dans d’autres services outre le Ministère de l’Information et de la Communication (personnel de l’éducation, de la santé, de l’agriculture, etc.) et quelques fonctionnaires à la retraite. Ils sont utilisés suivant leur disponibilité.
  • Les stagiaires : En quête de consolidation de leur formation et à la recherche du premier emploi, ils sont utilisés  suivant leur disponibilité. Le temps de stage réglementaire ne devant excéder les trois mois ;

 

SITUATION DU PERSONNEL DE LA RADIO RURALE DE GUINEE
N°o Service Effectif Fonctionnaires /MC Contractuels Stagiares Collaborateurs Total Total Général
Homme Femme Total Homme Femme Total Homme Femme Total Homme Femme Total Homme Femme Total Homme Femme
1 Direct. Gén. 22 15 37 19 14 33 3 1 4     0 0 22 15 37
2 Kindia 13 11 24 6 5 11 4 2 6 1 4 5 2 0 2 13 11 24
3 Labé 9 10 19 4 5 9 3 1 4 1 4 5 1 1 9 10 19
4 Kankan 13 2 15 6 1 7 3 1 4     0 4 0 4 13 2 15
5 N’Zérékoré 17 5 22 10 2 12 5 3 8     0 2 2 17 5 22
6 Boké 11 4 15 4 1 5 3 3 2 1 3 2 2 4 11 4 15
7 Kissidougou 16 4 20 6 2 8 4 2 6     0 6 6 16 4 20
8 Faranah 9 3 12 1 1 2 2 4     0 6 1 7 9 3 12
9 Mamou 11 4 15 5 5 2 1 3 1 2 3 3 1 4 11 4 15
10 Koundara 13 4 17 2 2 1 1 3 2 5 7 2 9 13 4 17
11 Gaoual 9 3 12 2 2 3 1 4 1 2 3 3 3 9 3 12
12 Télimélé 9 3 12 1 2 3 2 2 1   1 5 1 6 9 3 12
13 Dogomet 8 4 12 1 1 3 2 5 4   4 1 1 2 8 4 12
14 Pita 7 9 16 1 1 2 2 4 1 6 7 3 1 4 7 9 16
15 Mali 11 3 14 1 1 4 2 6     0 6 1 7 11 3 14
16 Tougué 10 1 11 2 2 6 1 7     0 2 2 10 1 11
17 Dinguiraye 10 2 12 3 0 3 4 1 5 2 1 3 1 1 10 2 12
18 Bissikrima 10 3 13 2 2 5 1 6     0 3 2 5 10 3 13
19 Kouroussa 7 8 15 3 2 5 1 4 5 2   2 1 2 3 7 8 15
20 Siguiri 21 5 26 11 3 14 5 2 7     0 5 0 5 21 5 26
21 Kérouané 15 4 19 1 1 5 5 2 2 4 7 2 9 15 4 19
22 Beyla 7 3 10 5 1 6 1 1 2     0 1 1 2 7 3 10
23 Macenta 9 2 11 5 5 2 2     0 2 2 4 9 2 11
24 Guéckedou 16 4 20 2 2 4 1 5     0 10 3 13 16 4 20
25 Forécariah 14 6 20 3 3 7 4 11 2 1 3 2 1 3 14 6 20
26 Yomou 9 4 13 2 2 6 3 9     0 1 1 2 8 4 13
27 Boffa 9 4 13 1 1 2 6 3 9     0 2 2 9 4 13
28 Mandiana 7 4 11 1 1 2 6 3 9     0 0 7 4 11
29 Dabola 10 6 16 2 2 3 3 6 1 2 3 4 1 5 10 6 16
30 Dalaba 8 5 13 2 2 6 5 11     0 0 8 5 13
31 Lélouma 6 3 9 1 1 5 2 7     0 1 1 6 3 9
32 Koubia 11 4 15 1 1 5 4 9     0 5 5 11 4 15
33 Dubreka 7 12 19 2 2 6 10 16     0 1 1 6 13 19
34 Fria 13 3 16 1 1 10 1 11 2   2 1 1 2 13 3 16
35 Kassa 9 2 11 1 1 8 2 10     0 0 9 2 11
383 172 555 114 48 162 143 71 214 26 27 53 99 27 126 382 173 555

 

3.4 La Formation

La formation n’est pas en reste. Eu égard au manque de ressources financières adéquat, des séances de formation in situ sont organisées par les responsables ou certains formateurs ciblés de la Radio Rurale. C’est le lieu de rendre un hommage mérité à la Fondation Hirondelle qui a fait bénéficier aux cadres, la formation à Conakry dans plusieurs domaines :

  • La Technique pour la mise à niveau des techniciens par rapport à l’évolution technologique,
  • Les Programmes pour la gestion des programmes avec les chefs de programmes et les genres journalistiques avec les animateurs des stations de RR,
  • Le Management pour les responsables des stations.

Avec l’UNICEF, il a été entrepris dans un premier temps, la formation sur les thématiques liées à la vaccination de trente quatre animateurs des radios rurales et 17 radios privées ;

3.5 Langues parlées

La Radio Rurale de Guinée est bien la radio des sans voix. A cet effet, toutes les langues des communautés sont prises en compte. A ce jour, vingt quatre langues sont parlées dans les trente quatre radios, à savoir :

Le Soussou, le malinké, le Poular, le Diakanké, Le Mikhiforé, le Baga, le Nalou, le Badiaranké, le Wamey, le Foulakouda, le Koniagui, le Mandingo, le Bassari, le Djallonka, le Kakhabhè, le Konian, le Kpèlè, le Manon, le Loma, le Manian, le Kissié, le Lélé, le Sankaran, le Kouranko.

N° o Station de RR Langues parlées
1 Station RR Kindia Soussou
2 Station RR Labé Poular
3 Station RR Kankan Maninka
4 Station RR N’Zérékoré Kpèlè Konian, Kissié, Manon, Loma
5 RRLBoké Soussou, Mikhiforé, Baga, Nalou
6 RRLMamou Poular, Soussou, Maninka
7 RRL Gaoual Poular, Diakanké, Wamey
8 RRL Koundara Bassary, Mandinko, Poular Foulakounda, Badiaranké, Koniagui,
9 RRL Mali Poular, Djalonké
10 RRL Tougué Poular, Djalonké, Diakanké
11 RRL Dinguiraye Maninka, Poular
12 RRL Kouroussa Maninka
13 RRL Bissikirima Maninka, Poular
14 RRL Siguiri Maninka
15 RRL Kissidougou Kissié, Kouranko, Lélé, Maninka
16 RRL Faranah Sankaran, Djalonké, Kouranko, Poular
17 RRL Guéckédou Kissié, Lélé
18 RRL Kérouané Maninka, Kouranko, Konian
19 RRL Macenta Loma, Kpèlè, Manian
20 RRL Télimélé Poular , Soussou
21 RRL Beyla Konian, Kpèlè, Maninka
22 RRL Dogomet Poular, Malinké, Khakhabhè
23 RRL Pita Poular
24 RRL Forécariah Soussou
25 RRL Yomou Konian, Manon, Kpèlè
26 RRL Boffa Soussou, Poular, Baga
27 RRL Mandiana Malinké
28 RRL Dabola Malinké, Djallonké, Kakhabhè, Poular
29 RRL Dalaba Poular
30 RRL Lélouma Poular
31 RRL Koubia Poular, Djallonké
32 Dubreka Soussou, Poular
33 Fria Soussou, Poular, Malinké
34 Kassa Soussou

 

Au delà de ces langues dans les quelles les émissions sont quotidiennement produites, les langues des autres communautés sont parlées si la disponibilité des locuteurs est requise.

3.6 Les genres radiophoniques

Pour véhiculer les messages, en radio rurale, des genres journalistiques sont identifiés pour une meilleure acceptation des messages et une appropriation du contenu par les communautés. Tous ces genres radiophoniques prennent en compte la réalité des communautés en vue d’un accès facile aux informations. A  ce titre, la radio rurale utilise généralement les genres suivants:

  • Le magazine 20’;
  • L’émission de jeu public 45 à 60’;
  • La table ronde 25 à 30’ ;
  • L’émission interactive radiophonique (EIR) de 45 à 60’;
  • Le microprogramme 2 à 3’;
  • Le reportage 5’ à 7’,
  • L’interview 3 à 5’.

3.7 Les programmes

C’est le maillon fort de la radio. Les émissions produites dans les radios rurales tiennent compte des différentes préoccupations des communautés. Ainsi, ces émissions sont regroupées en neuf typologies bien définies :

  1. Agropastoral : Agriculture (technique culturale, conservation des produits, protection des végétaux, commercialisation…..), élevage (apiculture, pisciculture, aviculture, pomiculture, santé  animale, l’alimentation du bétail …. Et la pêche
  2. Environnement : Protection de la faune et flore, reboisement, Déboisement, feux de brousse, la dégradation, la chasse et ses effets, la dégradation des sols,  la pollution, l’érosion, la restauration des carrières, l’assainissements, la carbonisation etc….
  3. Santé : la nutrition, l’hygiène, la Pratique Familiale Essentiel (PFE), l’allaitement maternel, les maladies, les médicaments, la médecine traditionnelle, les infrastructures sanitaires, le personnel de santé (encadrement), la prévention (CPN, vaccination), etc.
  4. Education : la  scolarisation, le maintien à l’école, le foyer  coranique, les infrastructures scolaires, l’administration scolaire, les APEAE, l’alphabétisation, l’éducation Civique, le génie en herbe, etc.
  5. Participation communautaire : le développement durable, les associations, les ONG, les groupements, les ressortissants, les projets, les fédérations, la décentralisation (PAI et PDL), l’entretien des édifices publics, les communes de convergence, etc.
  1. Sociétés : l’historique du village, coutumes et mœurs, la prévention routière, la réconciliation, la citoyenneté, religion, chronique judiciaire, droit des enfants, droit des femmes, espace partenaire, rites et traditions, exode rurale, immigration, violence basé sur le genre, l’unité nationale, temps des anciens, etc.
  2. Arts culture et sport : Contes, légendes et devinette, promotion des artistes, cousinage à plaisanterie, communicateurs traditionnels, artisanats, promotion des instruments traditionnels, poésie et littérature, art culinaire, promotion des rythmes et pas de dance traditionnels, chansons et Cantiques, sport à la base, etc.
  3. Actualités: Informations (journal du paysan, courrier des auditeurs, synchronisation journal de la RTG 
  4. Divers : Avis et communiqués, disque des auditeurs, page commerciale, animation sur thème, annonce, les indicatifs.

3.8 La grille  des programmes

C’est la programmation hebdomadaire des différentes typologies. La durée des émissions varie de 4h à 6h le matin et le soir de 4h à 6h également soit 8 à 12h de fonctionnement des radios définis dans les grilles. Le pourcentage d’une typologie à une autre est fonction des réalités de chaque communauté.

En radio rurale, la grille est flexible d’où la possibilité de réaménagement tous les six mois. Elle est bâtie sur le genre magazine, c’est-à-dire que la durée de ces émissions ordinaires ne dépasse les 20mn.

  1. DU PARTENARIAT

Depuis sa création, la Radio Rurale de Guinée a noué d’excellentes relations de partenariat avec plusieurs structures  en raison de sa constance, sa promptitude et sa spontanéité dans la collaboration.

C’est dans ce cadre qu’elle a participé à toutes les activités d’éducation, d’information et de communication des projets en faveur des communautés à la base.

Ainsi, elle a accompagné plusieurs institutions, projets et ONG, comme: la FAO ; PSI, PDR/HG, le HCR, la GTZ ou GIZ, le PNAAFA, Stop Palu, Plan International Guinée, l’UNFPA, Search For Common Ground (SFCG), la CENI, HC3, etc.

Il faut souligner que la Radio Rurale de Guinée a assuré la gestion de la cellule Mass info du HCR durant la guerre civile au Libéria et en Sierra Léone à la grande satisfaction de tous les partenaires associés aux activités du HCR de 2000 à 2007.

L’efficience de ce large éventail de partenariat a permis de promouvoir davantage la confiance entre la Radio Rurale de Guinée et ses partenaires de terrain, parmi lesquels le fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF) qui occupe une place de choix.

Le défi constant que représente l’épanouissement des enfants et des femmes surtout dans les zones rurales nécessite une information régulière en faveur du niveau d’engagement et d’appropriation des porteurs d’obligation communautaires en particulier et de toutes les couches sociales en général.

Dans cet élan, il est indispensable que les animateurs communautaires et journalistes à travers leur professionnalisme contribuent activement à favoriser cet engagement collectif en faveur de la construction d’un environnement protecteur et rassurant pour l’enfant et la femme dans le pays.

Au regard du postulat susmentionné, l’UNICEF a reconnu la nécessité de composer avec les médias de proximité pour qu’ils jouent pleinement leur rôle d’information, d’éducation et de sensibilisation des communautés pour un changement positif de comportement en cohérence avec le bien-être escompté des enfants et femmes de guinée.

Pour le cas particulier de la Guinée, la radio rurale constitue le meilleur moyen d’informer les zones rurales. Elle constitue  la ’’voix des sans voix » en raison du  taux élevé d’analphabétisme en Guinée : (65%); 51% des hommes contre 80% chez les femmes.

Les premières heures de ce cadre de collaboration qui s’annonçait fructueux ont porté essentiellement sur la production d’émissions en soutien aux campagnes de sensibilisation de masse sur les pratiques familiales essentielles (savoir pour sauver ; allaitement maternel, lavage des mains, campagne de vaccination, …).

Le dispositif de fidélisation des auditeurs mis en place, appuyé par la praticabilité facile des émissions produites dans plus d’une vingtaine de langues locales a considérablement contribué à l’élargissement du cadre de collaboration entre la Direction Générale de la Radio Rurale de Guinée et les partenaires en général et l’UNICEF en particulier.

Le partenariat avec la Fondation Hirondelle a permis le renforcement des capacités de nos animateurs et techniciens et la dotation des moyens à la structure

Le partenariat avec Orange Guinée a permis de donner le courant à vingt cinq stations de radio à travers soit le branchement de leur site d’émission (émetteur) ou leur studio.

Il en est de même avec canal + qui permet à nos jours la réception du signal de la RTG pour la synchronisation.